UniversitÓ
di Siena
 
Dettaglio Testo
 
   

BDAL

65,25

RS

1102

Repertorio Metrico

1186,2
Bibliografia Petersen Dyggve 1951, p. 272
Genere chanson
N Strofe 8
Refrain
Schema Rimico ababcccb
Schema Sillabico AAAAAAAA
Genere Rime ffm
de bone amour et de leaul amie
me vient sovant pitiez et remembrance,
si que ja mais a nul jor de ma vie
n'obl´erai son vis ne sa semblance;
pouroec, s'Amors ne s'en vuet plus sosfrir
qu'ele de touz ne face a son plaisir
et de toutes, mais ne puet avenir
que de la moie aie bone esperance.
coment porroie avoir bone esperante
a bone amor ne a leal amie,
ne a vairs yeuz, n'a la douce semblance
que ne verrai ja mÚs jor de ma vie?
amer m'estuet, ne m'en puis plus sosfrir,
celi cui ja ne vanra a plaisir;
et si ne sai coment puist avenir,
qu'aie de li ne secours ne ahie.
coment avrai ne secors ne ahie
vers fine Amour, la ou nus n'a puissance?
amer me fait ce qui ne m'ainme mie,
dont ja n'avrai fors ennui et pesance;
ne ne li os mon corage gehir
celi qui tant m'a fait de max sentir,
que de tel mort sui jugiez a morir
dont ja ne quier veoir ma delivrance.
je ne vois pas querant tel delivrance
par quoi amors soit de moi departie;
ne ja nul jor n'en quier avoir poissance,
ainz amerai ce qui ne m'ainme mie,
n'il n'est pas droiz que li doie gehir
por nul destroit que me face sentir;
n'avrai confort, n'i voi que dou morir,
puis que je sai que ne m'ameroit mie.
ne m'ameroit? ice ne sai je mie;
que fins amis doit par bone atendance
et par soffrir conquerre haute amie.
mÚs je n'i puis avoir nulle fiance,
que cele est tex, por cui plaing et sopir,
que ma dolor ne doigneroit o´r;
si me vaut mieuz garder mon bon taisir,
que dire riens qui li tort a grevance.
ne vos doit pas trop torner a grevance
se je vos aing, dame, plus que ma vie,
car c'est la riens ou j'ai greignor fiance
quant par moi seul vos os nonmer amie,
et por ce fais maint dolorous sopir
que ne vos puis ne veoir ne o´r,
et quant vos voi, n'i a que dou taisir,
que si sui pris que ne sai que je die.
mes biaus conforz ne l'en porra garir;
de vos amer ne me porrai partir,
n'a vos parler, ne ne m'en puis taisir
que mon maltrait en chantant ne vos die.
par Deu, HŘet, ne m'en puis plus soffrir,
qu'en Bertree est et ma morz et ma vie.