UniversitÓ
di Siena
 
Dettaglio Testo
 
   

BDAL

117,3

RS

2071

Repertorio Metrico

1431,2
Bibliografia Barbieri 2001, p. 139
Genere chanson*
N Strofe 8
Refrain
Schema Rimico abbaccdd
Schema Sillabico AAAAAAAA
Genere Rime fmmf
encor ferai une chanšon perdue,
pues q'a perdre sont atornÚ mi chant,
c'onques ne fis chanšon en mon vivant
dont merite me soit encor rendue,
n'ainc de chanter d'amors mieuz ne me fu;
mais par espoir ceste avra tel vertu
que des autres me rendra la droiture:
si met senz plus cest chant en aventure.
bien seroit droiz, puis que dame est vencue,
que on conquiert ausi com en tirant,
k'ele refust male a perdre ausimant;
quant on cuide avoir sa leial drue
si a on tost en pou d'ore perdu
ce dont on a tant mal trait et eŘ;
c'est granz dolors quant la joie ne dure
dont on soffre tante poine et endure.
granz dolors est quant ceu qui plus m'agree
m'estuet plus tart que l'autre gent vŰoir,
je qui tout voi le mont a mon voloir,
et de la riens [que je ai] plus ame
m'estuet estre salvaige et eschis;
si que trop dout qu'on nel sache a mon vis
ce que je pens de li en mon corage
kant je regart son tres simple visage.
se tot Amors ne rent autre soudee,
a tout le mains fait ele melz valoir
cels qui aiment de cuer sanz decevoir,
ne ja la mors n'iert si desesperee
que l'on ne soit en son cuer plus jolis;
et pues c'Amors nos atrait joie et pris
jel tieng a sens, qui kel tengne a folage,
ceu dont on est plus vaillanz par usage.
pechiÚ fait Dex, qui consent felonnie
celi dont toz li monz est env´ous,
car ma dame me tient por enuious
qant je li pri merci ke ne m'ocie.
ah´, simple de vis et bel parlanz,
d'orguilleus cuer et d'amorous samblanz,
com mal semble qui voit vo boiche rire
que si sachiez aspremant escondire.
assez vaut mieus estre amis senz amie,
en atente d'estre une foiz joious,
q'avoir la riens dont l'on est deisirros,
dont l'on atent solaz ne compaingnie.
c'est li desirs qui sor toz m'est cuisanz;
si n'en sui je mie par moi sachanz,
car de la riens qu'en cest mont plus desire
ne fui je onques en tel maniere sire.
et se je sui de vos perdre dotanz,
je n'en puis mais, que tant estes vaillanz
que vos poŰz par tot ami eslire,
mais je sui cil qui sor toz vos desire.
a saint Denise envoierai mon chant
Ugon, qui soit de ma joie joianz:
quant je l'avrai, k'encor ne l'ai je mie,
n'onques nen oi fors enui et consire.