UniversitÓ
di Siena
 
Dettaglio Testo
 
   

BDAL

215,1

RS

1264=1267

Repertorio Metrico

870,7
Bibliografia Tischler 1997
Genere chanson*
N Strofe 6
Refrain
Schema Rimico ababbaabb
Schema Sillabico AAAAAAAAA
Genere Rime mf
chanson m'estuet et fere et conmencier
de cele rienz el mont que pluz voudroie,
et pour mon cuer un pou resleecier,
qui bien avroit mestier de greigneur joie.
mais sa biautez, quant la vi simple et coie,
vers ma dame me fet outrecuidier
d'un haut penser et d'un douz desirrier,
ou ja pas droit ataindre en devroie,
se loiautez u pitiez ne l'en proie.
onques ne vi si sage a l'acointier
ne si plesant, se regarder l'osoie;
mes je ne l'os esgarder ne proier,
ainz m'i faut cuer et langue m'i loie.
tel poor ai que refusez ne soie
que s'un petit me fesoit de dangier
de ses verz euz et de moi esloignier,
bien sai de voir que la mort sentiroie
si pres du cuer qu'eschaper n'en porroie.
et puis qu'ensi m'estuet la mort souffrir
de la dolor dont sa plaie me blece,
la puist Amors par mi le cors ferir,
s'iert conpaigne de ma douce destrece.
las, qu'ai je dit? son sens ne sa hautece
ne daigneroit a ma dolor partir;
si me couvient tout seus les maus souffrir
dont bone Amour done joie et leece,
ceus qui de cuer la servent sanz tristece.
j'aim mieus ma dame en tristece servir
qu'en moi truist ja feintise ne perece;
je l'amerai adÚs sanz repentir,
que bone Amours le mie cuer i adrece.
onques ne vi dame ne sa joenece
si sagement se seŘst maintenir,
s'en croissent tant mi amourouz desir
quant je regart sa tres douce simplece;
autre joie ne quier n'autre leece.
joie a mes cuers, maiz ele est si tres granz
que nus par droit ne la devroit ataindre;
maiz seur touz sui de s'amour desirranz,
si me convient souvent palir et taindre,
or m'i devroit ma douce dame estaindre
de la doleur qui m'est u cuer ardans
d'un feu qui m'est si douz et si plaisanz
et que, pluz m'art, maiz me puet la mort rendre.
s'en doit pitiez faire ma joie graindre.
dame, et s'an vos est pitiÚs defaillans,
je ne sai mais ou fo´r ne remaindre
fors c'a franc cuer, qui vous est consillans
et qui bien sit que je ne me sai faindre;
la me convient dolozer et complaindre,
et se vos plaist, bone et saige et vaillans,
par lui savrois commant je suis sofrans
el dous dezir que ne me lait refraindre
de vos servir, d'acoler et d'estraindre.