UniversitÓ
di Siena
 
Dettaglio Testo
 
   

BDAL

237,1

RS

0997

Repertorio Metrico

1071,1
Bibliografia Tischler 1997
Genere chanson*
N Strofe 6
Refrain
Schema Rimico ababbcccddee
Schema Sillabico 888888486AAA
Genere Rime mmmfm
ja por ce se d'amer me dueill,
ne laisserai que je ne chant;
que plus ai mal que je ne sueill
et pluz me confort en chantant.
et maintes fois faz biau samblant,
quant pluz sui dolans et maris,
si qu'a mes dis
puet on bien, tant sui esbahis,
connoistre par usage
c'une dolors est mise en mon corage
d'un pensement, dont maintes fois avient
que je di ce dont au cuer me sovient.
cist maus et cist pensers me vient
de la ou je morrai soufrant;
et a soufrir le me convient.
car ma dame n'a nul talant
de moi aidier en mon vivant
ne de moi ne li prent mercis.
mes uns respis
me conforte dont sui garis, qu'ele est cortoise et sage;
et si sai bien et connois son corage,
qu'en delaiant me dit ce que je vueil.
mort m'a ses sens et trahi m'ont mi oeil.
tant eu de maus qu'encor m'en dueill,
quant au partir li ving devant;
et a soufrir le me convient.
car ma dame n'a nul talant
de moi aidier en mon vivant
ne de moi ne li prent mercis.
mes uns respis
me conforte dont sui garis,
qu'ele est cortoise et sage;
et si sai bien et connois son corage,
qu'en delaiant me dit ce que je vueil.
mort m'a ses sens et trahi m'ont mi oeil.
de li nus confors ne me vient
ne d'autre ne.l quier ne demant;
bien sai que morir me convient
sanz joie avoir en atendant.
et cist maus, que j'ai portÚ tant,
ne puet estre sans mort fenis;
mes se garis
en fusse, plus fusse enrichis
que hom de mon lignage.
si me merveill qu'en trestot mon eage
entre tant maus c'auscuns biens ne m'avient;
et moi convient, quant a li n'en sovient.
de trop longue atente me dueill
et plus de ce qu'a mon vivant
ne verrai mais, si com je sueill,
son bel vis cler, fres et riant.
he Deus, trop la vois eslongant,
mais nus ne.l fet plus a envis
ne ja meris
n'iert mes travaus; car nus delis
mon travaill n'assoage.
de li amer faz folie et outrage.
Deus, por coi l'aim? por ce qu'amer la vueill,
je n'en puis mais: ce me firent mi oeill.
touz esbahiz sui dou bon seignorage
et plaing mon prou et mon damage vuil;
jamÚs, ce croi, ne la verront mi huil.